Récemment, j’ai été invité à participer à un groupe de discussion où les problèmes de la Vivienda Vacacional à Tenerife ont été discutés. Si vous avez investi et acheté une propriété à Tenerife avec l’idée de la louer, vous avez probablement entendu parler des règles de Vivienda Vacacional à Tenerife. C’est le cas si vous ne louez pas en vertu de contrats à long terme. La Vivienda Vacacional de Tenerife est, comme vous le savez, la réglementation de la location à court terme à des fins touristiques. En d’autres termes, lorsque vous proposez la location de votre maison de campagne ou de votre appartement via des plateformes telles que Booking ou Airbnb ou d’autres plateformes Internet. Avec d’autres parties intéressées, dont le maire de Puerto de La Cruz et un certain nombre d’hommes politiques, d’avocats et de représentants du secteur immobilier, le débat a porté sur cette faille d’un règlement.

Je dis « faille », parce que la législation actuelle est totalement inacceptable. Les îles Canaries sont le seul endroit au monde où vous n’avez pas le droit de louer à des touristes, dans une zone touristique. Essaiez de comprendre ça, moi je ne le peux pas. Cependant, vous pouvez louer dans des zones résidentielles, en d’autres termes, là où la population locale vit et d’où elle part pour aller travailler tous les jours. Ils ont soudain des touristes comme voisins, avec toutes les conséquences que cela comporte.

La raison pour cela ne devrait pas être cherchée trop loin, car le lobby hôtelier considère la location privée dans les zones touristiques (où les hôtels sont situés) comme une compétition. Ils ont donc fait pression sur le gouvernement. Quatre années de législature ont été perdues en la matière, puisque toutes les règles imposées par le gouvernement canarien ont presque toujours été annulées ou ont dû être adaptées par la Cour suprême. En janvier 2019, le gouvernement a de nouveau été resifflé et a choisi de simplement transmettre le problème qu’il avait créé aux municipalités.

Les municipalités doivent maintenant décider sur leur propre territoire où elles autoriseront la location et où pas sous les règlements de la Vivienda Vacacional à Tenerife. Zone par zone, parcelle par parcelle, bâtiment par bâtiment, ils devront enquêter et justifier si oui ou non cela est permis et. Un travail sérieux. C’est à l’ingénieur technique qu’il incombe, dans la municipalité, de s’acquitter de cette tâche. Vous l’entendez bien, singulier, donc une personne est responsable. Je ne vais pas faire d’autres commentaires, je pense que cela parle de sois-même et qu’il n’y aura pas de plan fait pour demain.

Mais c’est pas encore fini…. Dès qu’il sera prêt, il devra également être approuvé par les autorités et par la Cour suprême si des irrégularités ou des ambiguïtés sont à nouveau constatées.
En plus, les élections sont en cours, il y a donc une réticence totale à faire quoi que ce soit! Après tout, aucun politicien ne veut s’impliquer dans ce sujet tant qu’il n’est pas sûr d’avoir un siège.

En fin de compte, nous ne demandons qu’une chose : la sécurité juridique quant à ce qui peut ou ne peut pas être fait, une législation claire, logique et non contradictoire avec ce que les gens veulent. Si vous savez qu’en 2017, un peu moins de 16 millions de touristes se sont rendus aux îles Canaries, et officiellement 9% d’entre eux ont utilisé les maisons qui sont offertes sous licence Vivienda Vacacional, alors il y a encore du travail à faire pour pourvoir aux besoins de ce groupe important de touristes. Sans parler de la location en noire qui, selon mes modestes calculs, pourrait atteindre jusqu’à 12% de tous les touristes qui visitent les îles ….

recevez toutes les infos

Inscrivez-vous pour notre infolettre gratuite concernant l'immobilier à Tenerife et aux Îles Canaries.

Invalid email address
vous pouvez vous désinscrire a n'importe quelle moment